Un service proposé par CSL Behring
Me connecter

La natation, une activité idéale pour les patients hémophiles

Pour les personnes atteintes d'un trouble rare de la coagulation, la pratique d’un sport est fortement recommandée. C’est notamment le cas de la natation, qui favorise le renforcement musculaire, tout en limitant les risques d’hémorragie articulaire. Découvrez les bénéfices de cette activité sportive, mais aussi les précautions à prendre avant de la pratiquer.

La natation - un sport idéal

Qu’est-ce que l’hémophilie ? 1,2,3

L’hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire due à un déficit en facteur de coagulation VIII (hémophilie A) ou IX (hémophilie B), des protéines sanguines essentielles au processus de coagulation. Les patients hémophiles ne parviennent pas à former un caillot solide, et subissent des saignements prolongés. En France, cette maladie génétique grave et rare touche aujourd’hui près de 7 000 personnes. Par peur des blessures, certaines évitent de pratiquer une activité physique. Pourtant, faire du sport a de nombreux effets bénéfiques sur les personnes souffrant d’hémophilie, tant d’un point de vue physique que psychologique.

Quels sont les bénéfices de la nage chez les personnes atteintes d’hémophilie ? 2,4

La natation fait partie des activités recommandées aux patients atteints de troubles hémorragiques rares. Grâce à la résistance naturelle exercée par l’eau – 900 fois plus élevée que celle de l’air –, la natation participe au renforcement de tous les muscles. À exercice équivalent, ils travaillent beaucoup plus que sur terre. Cependant, le corps étant porté par l’eau, ce travail musculaire se fait en douceur. La natation assouplit et entretient les articulations sans risque de traumatisme puisqu’elles n’ont pas à supporter le poids du corps. Sous l’eau, le corps ne ressent plus son poids terrestre. Un bénéfice non négligeable pour les personnes hémophiles, souvent sujettes à des hémorragies intra-articulaires, voire à de l’arthrose. Cette activité participe également à l’endurance cardiovasculaire. Par rapport à une activité physique sur terre à effort équivalent, moins de battements cardiaques sont ainsi nécessaires pour apporter l’oxygène à l’organisme lors des séances de natation. Et cette économie du travail cardiaque perdure en dehors de l’activité physique. Or, un rythme cardiaque bas au repos augmente l’espérance de vie. Quant à la baisse de la pression artérielle, elle diminue le risque d’accident cardiovasculaire.

Sur le plan psychologique, la natation est également un excellent moyen de lutter contre le stress et l’anxiété, auxquels font face les personnes atteintes d’hémophilie. Après une demi-heure de natation, le cerveau sécrète de l’endorphine, une hormone du bien-être. Une fois l’effort terminé, cette sécrétion persiste, permettant d’évacuer durablement les tensions.

Quelles précautions prendre lorsque l’on pratique la natation ? 4,5

Avant de commencer tout programme d’exercice, quelques précautions s’imposent. L’activité sportive doit s’effectuer dans le cadre d’un accompagnement médical et kinésithérapique. Elle doit être progressive, adaptée au niveau de pratique de la personne, mais aussi régulière pour apporter une véritable aide. On peut ainsi commencer par une séance par semaine, pendant trente minutes à une heure, pour ensuite passer à deux ou trois séances de natation par semaine.

Il est également essentiel de respecter les consignes de sécurité concernant la pratique en piscine, pour éviter les chutes et glissades. Après l’échauffement, la séance s’effectue dans un couloir de niveau adapté à ses performances, avec peu de personnes pour éviter tout risque de collision. Afin d’anticiper les chocs, le port de lunettes de natation est indispensable. Enfin, mieux vaut éviter de plonger depuis les tremplins, ou encore de sauter brutalement dans l’eau.

Des lieux dédiés aux personnes hémophiles
Si l’accueil est possible dans toutes les piscines, près d’une centaine de clubs de natation en France ont déjà ouvert une section “Nagez, Forme, Santé” avec des éducateurs formés à accueillir des personnes atteintes de maladie chronique, comme l’hémophilie ou la maladie de Willebrand.

Pour en savoir davantage sur l’activité physique de votre choix, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre centre de traitement de l’hémophilie (CTH). Et, pour comprendre tout ce qu’impliquent l’hémophilie et les troubles de la coagulation, vous pouvez accéder sur notre site à de nombreux outils pédagogiques consacrés à l’hémophilie au quotidien.

Tes activités

1.

Site Internet de l’Association française des hémophiles (Afh). Section : Avec l’AFH. Page : Présentation https://afh.asso.fr/avec-lafh/qui-sommes-nous/presentation/presentation/, consulté le 24/02/2020

2.

Site Internet de l’Association française des hémophiles (Afh). Section : Je m’informe. Page : Qu’est-ce que l’hémophilie ? https://afh.asso.fr/je-minforme/comprendre-les-maladies-hemorragiques/hemophilie/quest-ce-que-lhemophilie/, consulté le 24/02/2020

3.

Sophie Ayçaguer et al. Hémophilie et autres troubles rares de la coagulation. La natation. Une brochure de l’Association française de l'hémophilie rédigée en collaboration avec la Fédération française de natation. Consultée le 24/02/2020 sur
https://afh.asso.fr/wp-content/uploads/2017/09/brochure_natation_bdef.pdf

4.

Site France Assos Santé. Section : Médicaments : quelle prise en charge? Page : Activité physique adaptée et hémophilie.
https://www.france-assos-sante.org/2019/01/08/activite-physique-adaptee-et-hemophilie/, consulté le 24/02/2020

5.

Site Internet de l’Association française des hémophiles (Afh). Section : Je m’informe > Sport et bien-être. Page : Qu’est-ce que l’hémophilie ? https://afh.asso.fr/je-minforme/vivre-au-quotidien/sport-et-bien-etre/natation-sport-recommande-pour-les-patients/, consulté le 24/02/2020