Un service proposé par CSL Behring
Me connecter
 

Au quotidien > Entourage > Comment réagir face à un enfant hémophile ?

Comment réagir face à un enfant hémophile ?

La prise en charge d’un enfant hémophile de votre entourage personnel ou en milieu scolaire requiert une bonne compréhension de la maladie. Dans cet article, apprenez à mieux connaître l’hémophilie, comment réagir face à un enfant hémophile, et les bons réflexes en cas d’incident.

Faire du sport en sécurité

Mieux comprendre l’hémophilie, et lutter contre les idées reçues

L’hémophilie est une maladie de la coagulation sanguine rare, génétique et héréditaire qui rend difficile la formation d’un caillot de sang. L’hémophilie peut engendrer des saignements spontanés à l’intérieur des articulations et des muscles. Les enfants atteints d’hémophilie suivent souvent un traitement préventif, leur permettant d’avoir une vie quasi normale.1

Comment réagir face à un enfant hémophile ? Contrairement aux idées reçues, un enfant hémophile ne risque pas de se vider de son sang s’il se blesse accidentellement. Il ne saigne pas plus abondamment qu’un autre enfant, il saigne seulement plus longtemps. Le véritable danger est les saignements internes 1.

Un enfant hémophile peut par ailleurs participer à des activités physiques et sportives à l’école et avec ses amis. C’est même recommandé pour développer sa musculature et la souplesse de ses articulations. Il faut néanmoins éviter les sports de contact, et ceux qui présentent des risques de choc ou de chute (football, rugby, judo, escalade, gymnastique, etc.).

Comment réagir face à un enfant hémophile : les principes fondamentaux 1

Face à un enfant hémophile, et pour assurer son bien-être et son autonomie, l’Association française des hémophiles (AFH) conseille de :

  • Communiquer avec les parents : ce sont ceux qui connaissent le mieux la maladie de leur enfant, et la conduite à tenir
  • Prendre toujours l’enfant au sérieux, et réagir s’il indique qu’il a une douleur, ou si quelque chose dans son comportement est anormal (comme un boitement par exemple)
  • Respecter le choix de l’enfant d’en informer ou pas ses amis, et ne jamais le faire à sa place
  • Garder accessibles les principales consignes en cas d’incident, et la liste des numéros d’urgence
  • Faire preuve de vigilance et surveiller l’enfant, tout en évitant d’avoir une attitude surprotectrice et stigmatisante

Dans un cadre scolaire, il est essentiel de transmettre l’information à l’ensemble des équipes au sein de l’école : surveillants, enseignants, animateurs de cantine, infirmière, etc. Il est également conseillé d’anticiper l’accueil dans les lieux de vie les plus dynamiques, comme la cour de récréation et les aires de jeux. De plus, la mise en place d’un projet d’accueil individualisé (PAI) permet d’expliquer la prise en charge d’urgence, et de transmettre les coordonnées du centre de traitement de l’hémophilie (CRC-MHC, centre de ressource et de compétence des maladies hémorragiques constitutionnelles) de référence.

En cas de blessure, comment arrêter un saignement ? 2

Lorsqu’un enfant hémophile se blesse, il est important d’adopter les bons gestes. Comment réagir face à un enfant hémophile ? En cas de saignement superficiel, à la suite d’une égratignure ou une petite coupure par exemple, commencez par nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, puis désinfectez-la avec un antiseptique sans alcool.

Ensuite, comprimez la plaie avec une compresse stérile pendant 10 minutes. Vous pouvez également appliquer un produit coagulant (dit hémostatique) avant de recouvrir la plaie d’un pansement. Dans la plupart des cas, le saignement s’arrête spontanément. Les saignements superficiels sont en général sans gravité.

En cas de saignement du nez, il faut aider l’enfant à se moucher très doucement, pour qu’il évacue un éventuel caillot de sang de mauvaise qualité qui aurait pu se former (sinon, il continuera à saigner). Nettoyez la narine avec une compresse de sérum physiologique, ou à l’eau. Puis, demandez à l’enfant de pencher la tête en avant, et de se comprimer la narine avec les doigts, en continu pendant 10 minutes.

Si le saignement persiste, contactez les parents pour qu’ils puissent joindre le centre de traitement de l’hémophilie si besoin. Dans un cadre scolaire, référez-vous au projet d’accueil individualisé.

Attention, il ne faut jamais donner d’aspirine à un enfant hémophile ! L’aspirine fluidifie le sang, et peut donc accentuer une hémorragie.3

D’autres situations doivent alerter. Si l’enfant fait part d’une douleur ou d’une gêne, avec un gonflement ou une chaleur dans une articulation par exemple, il peut s’agir de saignements articulaires. Ces saignements peuvent avoir des conséquences graves. Contactez les parents, car l’injection d’un traitement peut être requise.
En attendant, adoptez la méthode « RICE » de l’anglais Rest, Ice, Compression, Elevation c’est-à-dire Repos, Glace, Compression et Élévation. Ces 4 gestes constituent les « petits moyens » qui permettent de faire face aux saignements les moins sérieux.

La prise en charge d’un enfant hémophile nécessite donc certaines précautions. Communiquez régulièrement avec l’enfant et ses parents, et informez-vous sur la maladie grâce aux ressources de notre rubrique Hémophilie ou aux outils de notre médiathèque.

Enseignants, Entourage, Educateurs Sportifs

1.

Association française des hémophiles, Brochure d’information Enfant atteint d’hémophilie, Décembre 2013, consultée le 29 juillet 2020 sur https://afh.asso.fr/wp-content/uploads/2017/09/projet_3_-_brochure_ecole_def_reduite.pdf

2.

Association française des hémophiles, Les gestes en cas d’urgence, consulté le 29 juillet 2020 sur https://afh.asso.fr/je-minforme/vivre-au-quotidien/ma-sante/gestes-en-cas-durgence/

3.

Inserm, Hémophilie : une maladie hémorragique héréditaire, consulté le 29 juillet 2020 sur https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/hemophilie